Widget Image
Widget Image
Lorem ipsum dolor sit amet, consectetuer adipiscing elit, sed diam nonummy nibh euismod tincidunt ut laoreet dolore magna aliquam erat volutpat. Ut wisi enim

Subscribe to our newsletter

Lorem ipsum dolor sit amet, consectetuer adipiscing elit, sed diam nonummy nibh euismod tincidunt ut laoreet dolore magna aliquam

Se repérer dans le dédale des formations en UX design

L’UX design, une expertise «sous-tension»

L’UX design (design d’expérience utilisateur) est une expertise dont la demande n’a cessé de croître depuis les 4 dernières années, non seulement en agence mais aussi chez l’annonceur.

Auparavant, les compétences les plus répandues et demandées reposaient sur le design d’interfaces, composante la plus visible du projet. Depuis que la qualité de la conception a été placée au centre de l’attention, les enjeux se sont déplacés en amont de la démarche. L’architecture de l’information et la connaissance des besoins et des attentes des utilisateurs ont pris le pas. L’UX designer est donc devenu un métier porteur ou «sous-tension», pour lequel il est difficile de combler les besoins, quel que soit le niveau d’expérience envisagé. Dans le même temps, le statut d’expertise de niche de l’UX design est remis en cause par les nombreux professionnels s’établissant dans la pratique.

Une offre de formation en UX design hétérogène

*designers interactifs* a observé et analysé cette évolution sur plusieurs années (depuis 2012) et a dressé un rapprochement entre les attentes des recruteurs et les formations proposées par les écoles. Alors que les compétences en design d’interfaces et en design graphique étaient fortement représentées, à peine la moitié des entreprises disposait d’équipes formées à l’UX design il y a 4 ans. Ces équipes, souvent de taille réduite (moins de 5 collaborateurs en moyenne), étaient très polyvalentes. Les activités relevant de l’UX design étaient souvent dévolues au chef de projet. Près de la moitié des employeurs jugeaient que la formation de leur collaborateur n’était pas adaptée aux enjeux de l’UX design.

Ces dernières années, les cursus proposés se sont diversifiés et les formations en UX se sont multipliées, au risque de manquer désormais de lisibilité. A la clé, une offre de formation hétérogène, qui privilégie les durées courtes et un apprentissage intensif, souvent en alternance dans l’entreprise.

Un manque de maturité

En 2016, nous avions recensé en tout une vingtaine de cursus en UX design, au sein de notre Guide des formations. Elles étaient issues soit d’établissements d’enseignement privés, d’établissement de formation continue voire d’agences spécialisées agréées centre de formation. Ces dernières s’adressaient plutôt à des professionnels cherchant à se perfectionner. Le recensement donnait la perception globale d’une offre en cours d’émergence, encore peu mature, pour laquelle les différents établissements avaient saisi néanmoins avec beaucoup de justesse les opportunités pédagogiques à venir. Le principal reproche que l’on pouvait alors adresser aux formations reposait sur l’identification des connaissances théoriques à acquérir pour prétendre devenir un professionnel de l’UX. Le contenu pédagogique, organisé en « mode projet », laissait souvent place à la pratique, au détriment d’une véritable maîtrise des concepts de la discipline. Nous plaidons pour notre part pour un équilibre entre l’apprentissage par la pratique et l’acquisition théorique des compétences.

La « mastérisation » des formations en UX design

En moins de 4 ans, l’offre de formation à l’UX design s’est structurée et deux approches complémentaires ont été privilégiées : les formations courtes et modulables pour l’initiation et les formations post-diplôme spécialisées, qui viennent en complément de la formation initiale. Les mastères (à ne pas confondre avec les masters) se sont multipliés dans les écoles depuis 2 ans : L’École Multimédia, l’ECV Digital, Bellecour, IESA Multimédia, LISAA et IIM Léonard de Vinci ont développé leur cursus. Ils sont proposés en alternance, pour lever un frein financier réel, le coût (très élevé) étant assumé par les OPCA (Organismes Paritaires Collecteurs Agréés, qui collectent les cotisations des entreprises en matière de formation professionnelle).

S’il est difficile de juger sur le fond de la pertinence des programmes des formations à l’UX en 2017, on ne peut que constater le grand écart pédagogique réalisé par les écoles. En effet, une impression générale d’éparpillement domine à la lecture des contenus des programmes. Paradoxalement, la spécialisation laisse place à un inventaire à la Prévert de compétences complémentaires allant de la gestion de projet au développement front-office, en passant par la direction artistique. Comme si le langage commun de l’UX n’avait pas encore été largement partagé et adopté. Entre la volonté de façonner des designers généralistes ou des designers spécialisés, les responsables pédagogiques semblent encore hésitants.

Quelques critères pour choisir une bonne formation

Se repérer dans les nombreuses formations proposées pose une certaine difficulté : faut-il privilégier la renommée de l’établissement, le contenu pédagogique ou les débouchés promis ? Nous proposons quelques repères à ceux qui envisagent de s’orienter ou de se reconvertir vers ce métier. Voici quelques critères de sélection et une liste indicative d’établissements proposant une formation sérieuse en UX design. Nous nous sommes notamment inspirés des référentiels d’évaluation de l’HCERES (Haut Conseil de l’évaluation de la recherche et de l’enseignement supérieur, un organisme administratif indépendant).

  • Le projet pédagogique et l’intégration de la formation dans le projet pédagogique global de l’établissement
  • L’adaptation de la formation aux besoins réels des entreprises
  • Les débouchés professionnels
  • L’insertion professionnelle et/ou la poursuite d’études
  • La cohérence des contenus pédagogiques avec la réalité de la pratique sur le terrain
  • la politique des stages et des projets tuteurés
  • Le nombre, la qualité et la diversité des professionnels extérieurs impliqués dans la formation
  • L’existence de partenariats avec des entreprises
  • La composition de l’équipe de formation et le nombre de professionnels impliqués
  • Les modalités de sélection des candidats
  • L’évolution des effectifs et du taux de réussite

Une liste indicative des formations (longues) en UX design

Nous ne couvrons pas ici les formations courtes.

Gobelins – Directeur de projet digital / UX designer

ENS de Lyon – Master Architecture de l’information

L’École Multimédia – Mastère UX design

IESA Multimédia – Mastère de Direction artistique et UX design

Bellecour – Mastère design UX/UI

Ecole de design de Nantes Atlantique – User Experience Design / option Interfaces tangibles ou User Experience Design / Réalité virtuelle & design

Campus de la Fonderie de l’image – Concepteur designer UX design

ECV Digital – Mastère User Experience – UX design

LISAA – Mastère chef de projet UX design

IIM Léonard de Vinci – Mastère interactivité et UX design

Post a comment