Subscribe to our newsletter

Lorem ipsum dolor sit amet, consectetuer adipiscing elit, sed diam nonummy nibh euismod tincidunt ut laoreet dolore magna aliquam

L’UX (expérience utilisateur, user experience), qui « comprend tous les aspects de l’interaction de l’utilisateur avec l’entreprise, ses services et ses produits » (Norman), est une activité de design en forte progression. Ces 5 dernières années, la visibilité de l'UX s’est renforcée aussi bien au sein des agences que dans les départements de design intégré des entreprises. *designers interactifs* dévoile les enseignements d’une enquête sur la place de l’UX, menée auprès des entreprises françaises utilisatrices de design. Parmi les enseignements marquant : l’orientation fortement B2B de l’UX, sa forte intégration au sein des grands groupes et l’absence d’indicateurs clés de performance. Le niveau de maturité, à 5,63 / 10, laisse entrevoir d’importants axes de progression.

 

 

Les objectifs de l’enquête

*designers interactifs*, première organisation professionnelle des métiers du design numérique en France (UX, UI, design d’interaction et design de services) mène régulièrement depuis 10 ans des enquêtes permettant d’observer et de comprendre l’offre et la demande en design. Comme l’Étude sur l’économie du design, parue en 2010, l’enquête s’inscrit dans le constat du manque flagrant de données quantitatives sur l’utilisation et l’impact du design.

Le design d’expérience utilisateur représente 29 % des effectifs professionnels, derrière le design d’interfaces (46 %), en ce qui concerne les activités de design interactif en France (Enquête sur l’emploi et les salaires du design interactif en France, 2017).

Menée entre décembre 2017 et janvier 2018, cette enquête en ligne a recueilli la participation de 259 entreprises.

Son objectif est de mieux cerner comment la démarche y est intégrée et quelle est sa perception dans l’entreprise. Ces enseignements sont articulés en 5 axes : la présence de l’UX dans l’entreprise, l’équipe UX, les méthodes et process de travail, le recrutement et l’impact de l’UX.

 

Les enseignements clés

Les entreprises utilisatrices de l’UX

34 % des entreprises utilisatrices du design d’expérience utilisateur sont de grands groupes, devant les agences (28 %). Sans surprise, elles œuvrent principalement dans le domaine du numérique (38%) et des services aux entreprises (20 %), juste devant les télécom (12 %). Une majorité (68 %) ont pour clients principaux des entreprises : l’UX est une activité essentiellement B2B.
Les entreprises ayant recourt à l’UX comptent un nombre élevé de collaborateurs : 27 % en emploient plus de 1 000. L’UX y est également une activité récente : pour 49 % d’entre elles, elle est présente depuis moins de 3 ans.

 

Les équipes UX au sein des entreprises

Comme le design, l’UX est une activité centralisée au sein des entreprises : pour 65 % d’entre elles, une direction ou un département design a été créé. 40 % des entreprises rattachent l’UX à la direction générale, contre 15 % à la direction produit.
Les rôles les plus répandus apportent avant tout des compétences hybrides : l’UX/UI designer (79 %), l’UI designer (47 %), le lead UX (46 %) et l’UX Researcher (33 %).
Les fonctions de management sont encore faiblement représentées (à peine 1/3 disposent d’un head of design ou 18 % d’un UX manager).

 

Les process et méthodes de travail

Une majorité d’entreprise (51 %) a adopté un mode de travail partagé entre mode agile et mode en cascade (waterfall). Les entreprises travaillant uniquement en mode traditionnel ne sont plus que 9 %.

Les 5 activités principales menées par les équipes UX sont : la définition du brief/cadrage du besoin, le prototypage, le wireframing, les ateliers d’idéation et enfin le benchmarking.

Rares sont les entreprises à mobiliser des outils spécifiques dans le cadre de la recherche utilisateur : 61 % déclarent qu’elles n’en utilisent aucun. Les outils les plus cités sont Hotjar, Lookback, AB Tasty, Morae et User zoom.

En ce qui concerne les outils de prototypage, Sketch, InVision, Axure, Adobe Photoshop et Adobe Illustrator sont en tête du classement.

Les besoins en formation exprimés par les professionnels concernent essentiellement les thématiques liées au design thinking, à la recherche utilisateur, aux tests utilisateurs et aux analytics.

Enfin, les 3 principaux défis rencontrés dans le travail quotidien des designers UX sont :

1. La sensibilisation à l’UX (54 %)

2. La reconnaissance du travail effectué (49 %)

3. L’obtention d’un brief clair (43 %)

En complément : lire notre article sur les outils les plus utilisés par les designers

Les besoins en recrutement

Le volume d’offres d’emploi actuellement constaté en UX est conséquent et 63 % des entreprises confirment qu’elles envisagent de recruter dans les prochains mois. Les compétences identifiées pour leurs besoins sont : UX/UI designer (57 %), UI designer (28 %) et UX researcher (23 %).
Les principales difficultés éprouvées par les recruteurs sont l’adéquation des candidatures avec les besoins du poste (51 %), la définition des besoins/du poste (25 %) et le salaire proposé (22 %).

 

L’impact de l’UX

Pour la première fois, nous avons pu analyser, sur une base déclarative, l’impact de l’UX au sein des entreprises. Pour 34 % des professionnels, l’UX est fortement valorisée. 58 % estiment qu’elle est moyennement ou faiblement valorisée, ce qui renforce l’idée d’une perception à améliorer.
Malgré tout, pour 29 %, l’ L’UX intervient à toutes les étapes de conception des produits et des services. Seuls 22 % déclarent que l’UX est utilisée de manière ponctuelle et limitée.
73 % des entreprises françaises interrogées estiment que l’UX contribue à augmenter la satisfaction des clients. Mais encore moins de la moitié (44 %) pensent que la démarche leur permet de mieux différencier les produits et les services.
Parmi les axes de progrès essentiels pour permettre de mieux mesurer et valoriser l’UX au sein des entreprises, la mise en place d’indicateurs de performance : 70 % ont déclaré qu’aucun de ces indicateurs n’avait été établi.

Les entreprises les plus matures s’appuient sur 5 principaux indicateurs : l’analyse d’audience (53 %), le taux de conversion (47 %), le taux de satisfaction (41 %), le Net Promoter Score (24 %) et le System Usability Scale (SUS) (37 %).

Sur une échelle de 1 à 10, les entreprises s’autoévaluent en moyenne à 5,63.

Pour approfondir :

Enquête 2017 sur l’emploi & les salaires du design interactif
Guide des métiers du design interactif